Faq

Foire Aux Questions

Qu'est-ce que la cogénération?

La cogénération est la production simultanée d’électricité et de chaleur à partir de l’utilisation optimale de l’énergie primaire (gaz naturel ou biogaz) au moyen de systèmes qui garantissent la plus grande efficacité énergétique et qui ne produisent aucun rejet dans la nature, mais récupèrent et valorisent la chaleur produite par le moteur endothermique (ou turbine).
La production d’électricité par le biais d’une installation de cogénération est plus avantageuse que l’achat sur le réseau, elle permet également d’utiliser la chaleur obtenue des processus de refroidissement du moteur : l’eau chaude peut être directement introduite dans le cycle de production et utilisée pour chauffer les locaux, tandis que la température élevée des fumées d’échappement peut être utilisée pour obtenir de la vapeur ou de l’eau surchauffée, pour chauffer l’huile diathermique ou autre.
La cogénération réduit de 30 % les coûts énergétiques et donne une meilleure image de l’entreprise. Elle participe également à un système écodurable, en ligne avec les directives européennes et nationales ainsi qu’avec les objectifs mondiaux de sauvegarde de l’environnement.

Qu'est-ce que la trigénération?

La trigénération désigne une forme de cogénération dans laquelle la production d’électricité et de chaleur est complétée par la production d’énergie réfrigérante : autrement dit, une partie de l’eau chaude et des fumées d’échappement produites par le moteur (ou de la vapeur obtenue à partir des fumées) est utilisée pour obtenir de l’eau refroidie à la température souhaitée.
La trigénération permet d’utiliser tout le potentiel de l’énergie produite, en obtenant de l’eau froide qui peut être utilisée aussi bien pour les process industriels que pour climatiser les installations.

Qu'est-ce que le gaz naturel ou gaz méthane?

Une source d’énergie primaire, d’origine essentiellement fossile. Le gaz naturel est un mélange combustible de substances gazeuses (constitué d’hydrocarbures et de substances non hydrocarbonées). Les gaz appartenant à la catégorie des hydrocarbures comprennent le méthane, l’éthane, le propane et le butane, alors que ceux considérés comme non hydrocarbonés comprennent essentiellement le dioxyde de carbone, les monoxydes d’azote et les oxydes de soufre. Le gaz naturel s’accumule dans des gisements, c’est-à-dire en quantité limitée par le sous-sol, où les roches poreuses et les roches imperméables superposées présentent une formation spéciale appelée piège, qui empêche le gaz de sortir à la surface.

Qu'est-ce qui ressort de la comparaison entre une installation centrale et une installation de cogénération?

La cogénération, aussi appelée CHP (Combined Heat Power), est la génération simultanée ou séquentielle de deux formes d’énergie, mécanique et thermique, à partir d’une seule source d’énergie primaire, en utilisant un seul et même système intégré. Les systèmes de cogénération sont généralement constitués d’un moteur principal, d’un générateur, d’un système pour la récupération de chaleur et de branchements électriques regroupés dans un seul système intégré. La cogénération consiste à récupérer la chaleur générée lors de la production d’électricité, qui est généralement perdue, et à la réutiliser pour produire de la chaleur. La cogénération est donc une installation destinée à augmenter l’efficience des processus de production énergétique.

Quels sont les principaux avantages de la cogénération?

La cogénération présente les avantages suivants :
– plus grande efficacité au niveau de la conversion énergétique;
– réduction des émissions de polluants, et plus précisément des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone;
– temps intéressants de retour sur investissement, notamment grâce à la règlementation qui prévoit la défiscalisation du gaz utilisé comme intrant ;
– favorise la décentralisation de la production énergétique, évitant les pertes dues au transport sur de longues distances;
– couverture stratégique des besoins électriques, protégeant les utilisateurs contre les éventuelles coupures de courant ou dysfonctionnements du réseau ;
– moyen efficace de promouvoir et d’encourager la libéralisation du marché de l’énergie.

Quels sont les principaux avantages de la cogénération sur l'environnement?

Les systèmes de cogénération permettent de réduire de manière significative les émissions de gaz à effet de serre : plus précisément, chaque kWh produit au sein d’une installation de cogénération alimentée au méthane permet d’économiser 450 g de CO2 émis dans l’atmosphère, par rapport à la production séparée d’électricité et de chaleur, soit une diminution de 43% du dioxyde de carbone. L’impact sur l’environnement est également atténué grâce à la diminution des particules de NOx et SOx.

La cogénération peut-elle favoriser la croissance économique ?

L’un des inconvénients des systèmes de cogénération est la nécessité de procéder à des investissements de grande envergure. Néanmoins, après avoir compris leur intérêt, nous pouvons affirmer avec certitude qu’ils créent de l’emploi permettant également de consolider certains profils professionnels et innovants. De plus, la cogénération et sa fonction intrinsèque de production énergétique locale est en train de devenir l’un des supports majeurs à la croissance des économies locales.

Quelles sont les économies effectives de la cogénération, dans le domaine industriel?

On peut parler d’un pourcentage global de 30 %, avec un temps de retour sur investissement hypothétique pouvant aller de 2 à 4 ans. Il convient de mettre ses valeurs de performance en relation avec les trois principales variables : dimension de l’installation, récupération effective de la chaleur et nombre d’heures de fonctionnement annuelles.
Il est donc primordial de choisir un partenaire stratégique pour la bonne réussite du projet. L’étude de faisabilité, l’excellence du produit et l’efficacité du service de maintenance sont les ingrédients de base d’une recette énergétique efficace capable de générer des économies.

Quelles sont les démarches d'autorisation nécessaires pour installer un système de cogénération au gaz naturel?

La procédure administrative pour obtenir les autorisations nécessaires se compose essentiellement des démarches suivantes :
DÉMARCHE PROVINCE: obtenir l’Autorizzazione Unica di realizzazione ed esercizio (autorisation unique de réalisation et d’exploitation) de l’installation ; cette demande sera soumise à l’institut appelé Conferenza di servizi et le délai d’achèvement peut être de 6 à 8 mois à compter de la présentation.
DÉMARCHE ENEL: permet de signer le contrat de raccordement au réseau de l’installation de production d’électricité ; pour cette démarche, il faut compter entre 2 à 3 mois.
DÉMARCHE POMPIERS: demande de l’avis de conformité sur le projet de l’installation et délivrance des CPI (certificati previdenziali incendi – certificats de lutte contre l’incendie) par les pompiers.
DEMARCHE UTF (Ufficio tecnico di finanza – Bureau technique de finance): utile pour demander le permis d’atelier électrique de production et de vente ; elle doit être effectuée pendant les phases d’installation de la machine et terminée avant l’essai de réception de l’installation.
DIA (Dichiarazione inizio attività -Déclaration de début d’activité): démarche pour obtenir les autorisations et permis de construire.

Quelles sont les formes d'incitation dont jouit la cogénération alimentée par des sources fossiles (gaz méthane)?

Les certificats blancs, ou plus précisément les Titres d’efficacité énergétique (TEE) constituent une forme d’incitation pour l’installation de technologies et systèmes efficients.
Un certificat équivaut à l’économie d’une tonne d’équivalent pétrole. Il s’agit de titres achetables qu’il est ensuite possible de revendre, et dont la valeur dépend de la tendance du marché. Ils sont émis par le Gestore del Mercato Elettrico (GME) après vérification des économies d’énergie effectivement réalisées, notamment avec l’installation d’un module de cogénération avec moteur endothermique, par rapport aux systèmes traditionnels de production d’électricité (parc électrique italien) et de chaleur.
Les certificats blancs concernent trois types d’intervention :
1. économie d’électricité;
2. économie de gaz naturel;
3. économie d’autres combustibles.

Une installation de cogénération a-t-elle besoin de beaucoup d'assistance?

La question de l’assistance est un facteur essentiel dans le choix d’une installation de cogénération. Prenons comme exemple concret une installation d’une entreprise qui travaille sur 3 roulements uniquement les jours ouvrables et pendant 11 mois de l’année.
Imaginons le nombre de km que ferait le moteur d’un véhicule devant circuler en continu à 60 km/h pendant 5 jours par semaine pour 48 semaines : on obtient le magnifique chiffre de 345 600 km par an.
Nous comprenons donc bien que la maintenance joue un rôle déterminant dans le choix d’un fournisseur, surtout lorsque l’on considère que les coûts d’immobilisation de la machine génèrent une perte de profits.
Étant donné qu’une installation délivrant 1000 kW permet d’économiser, avec les tarifs actuels de l’énergie, en moyenne près de 1500 € / jour, on se rend donc bien compte que le coût d’immobilisation de la machine constitue une perte de profits!

Je suis le responsable énergie d'une entreprise qui possède deux sites de production, une au nord de l'Italie et une autre dans le sud. En installant un système de cogénération dans le premier site avec une production d'électricité supérieure aux besoins spécifiques, est-il possible d'utiliser ce surplus pour couvrir les besoins de l'autre site?

Compte tenu de la difficulté à gérer les « surplus » d’électricité du site où se trouverait la cogénération, du fait que l’acheminement de l’énergie vers l’autre établissement comporterait plusieurs charges telles que celles relatives au transport, à l’expédition et la mesure, ainsi que les charges de système et de la nécessité de faire coïncider le prélèvement de l’énergie électrique avec l’injection sur le réseau, il est préférable de signer un accord avec un trader ou de céder ce surplus au GSE (Gestore Servizi Energetici), qui est obligé de retirer le surplus d’énergie d’installations de cogénération « vertueuses », à des prix définis.

Tout le gaz méthane destiné à la cogénération fait-il l'objet d'une défiscalisation ? Est-il nécessaire d'installer un compteur d'arrivée dédié à cet effet?

Non, la défiscalisation ne porte pas sur la totalité du gaz. Afin de quantifier la quantité de gaz exonéré de l’impôt, l’UTF (Ufficio Tecnico Finanza- Bureau technique de finance) prend comme référence les compteurs d’électricité positionnés aux bornes de l’alternateur, calculant la consommation de 0,25 m3/kWh. C’est généralement l’efficience électrique du système qui est récompensée.

Le processus de production de mon entreprise nécessite d'utiliser de l'eau froide à 6/7°. Pour d'autres phases, il faut utiliser une température de réfrigération proche de 0°. La trigénération permet-elle d'obtenir ces températures?

Pour le stade thermique des 7°, il convient d’utiliser un absorbeur au bromure de lithium ; pour la seconde température, il conviendrait d’utiliser un absorbeur à ammoniac, mais cette solution doit faire l’objet d’une analyse détaillée, compte tenu de la complexité de l’application et des coûts afférents. D’autres typologies d’absorbeurs voient le jour, atteignant des températures comprises entre 7° et 0° C, mais ces technologies doivent encore être approfondies.

Mon entreprise est équipée d'un tunnel de vernissage dynamique à 140° qui chauffe l'air en continu au moyen de la vapeur, avant d'être expulsée sans récupération de chaleur : comment pourrais-je utiliser l'eau d'une installation de cogénération ?

À partir du moment où l’air est renouvelé en continu et prélevé depuis l’extérieur, sans récupération de chaleur, il peut être envisagé de préchauffer l’air au moyen d’une batterie air/eau, en partant de la température ambiante jusqu’au degré maximum pouvant être atteint par celle-ci. La vapeur produite par l’installation au moyen des fumées d’échappement peut compléter/remplacer le produit des chaudières actuelles.

Je possède une entreprise qui travaille sur 2 roulements et qui utilise beaucoup de vapeur sans récupération : puis-je envisager une installation à turbine?

Bien que la turbine à gaz permet de produire d’importantes quantités de vapeur, je pense qu’elle ne s’adapte guère à votre situation en ce que les deux roulements de travail (+- 15 h/jour) ne s’adaptent pas beaucoup à une installation de cogénération avec turbine à gaz. La turbine est une machine qui convient pour des cycles de travail continus : le démarrage et l’arrêt de ces machines ont en effet un impact négatif sur ces machines en ce qu’ils augmenteraient considérablement les fréquences de maintenance.
Dans votre cas, et devant éteindre l’installation tous les jours, il serait préférable d’opter pour une installation avec moteur endothermique qui est moins sensible à ce type de service. Une installation à moteur devra toutefois être évaluée avec beaucoup d’attention afin de déterminer si l’eau chaude produite par l’installation pourra être utilisée au sein de votre établissement.
Étant donné que vous utilisez beaucoup de vapeur sans récupération, il est possible d’envisager de préchauffer le liquide d’appoint des chaudières à vapeur, avec l’énergie à faible température produite par le moteur; pour les autres utilisations possibles de l’eau, il serait bon de connaître de manière approfondie votre cycle de production.